Activité indépendante et indemnisation sociale

Publié le 16 Décembre 2014


Sur la discontinuité de la relation emploi/formation

Delca :
Le 6ème jour nous eûmes cette discussion fascinante
Ava :
« en faites je reprendrais bien une activité mais plus en tant que formatrice. Je me suis rendu compte que ce temps de chômage a eu un effet structurant sur moi. Qu?il m'a recomposé. Il m?a permi de faire des grandes synthèses subjectives à travers mon activité professionnelle. Alors j?ai commencé à m?intéresser à ce que faisait Iwan, à cette réflexion qu?ils avaient eu avec Calderòn sur le sport et je me suis mis à réfléchir dessus. »
Delca :
« ah ouais vas-y voir.
- Il s?agit de l?articulation entre différentes temporalités de vie correspondant à des temps sociaux institués.
- Oulala mais c?est que j?ai pas lu Durkheim moi.
- Pas besoin d?avoir lu Durkheim ni Moscovici pour saisir c?que j?veux te dire. Piaget suffira. Ce qui caractérise notre époque c?est la mobilité professionnelle. Dans le cadre du salariat c?est une suite de contrat à durée déterminée. Dans l?activité indépendante, une mission ou un projet. On alterne employeurs et niveaux de rémunération.
- Un peu comme les saisonniers.
- Tu penses à quoi ?
- j'sais pas, les guides touristiques ?
- Par exemple, et bien entre chaque contrat il y a une période de chômage.
- Ouais super, bravo, et après, ça fait longtemps qu'on avait découvert ça.
- Pff, écoutes ça : s?il y a une discontinuité des contrats dans l?emploi il y a également une discontinuité des contrats dans la formation continue, tu piges Pluto* ?
- Euh...Bof.»
Elle se lève de son canapé, contrariée.
« Tu veux un thé ?
- Pourquoi pas. »
Elle disparaît dans la cuisine pour faire chauffer de l'eau dans une bouilloire. Elle revient s'asseoir.
« C'est parce que les contenus des contrats de formation peuvent être différents d'un contrat de formation à l'autre que les contenus des contrats dans l'emploi peuvent l'être également. Donc on se retrouve avec un temps d?emploi, un temps de chômage (devenu indispensable dans un parcours après avoir été un dysfonctionnement) et un temps de formation (devenu indispensable après avoir été une seconde chance dans un parcours). Emploi, chômage et formation à articuler ensemble. Le temps et son contenu. Mais on peut déjà aller plus loin.
- J'ai peur.
- La fin du salariat amènera à faire se substituer le contrat dans l?emploi (qui n?a plus de cadre horaire puisqu'il devient indépendant) par le contrat de formation (qui a exactement les mêmes caractéristiques qu'un CDD) par l?action conjuguée de la sortie du cadre horaire et des ressources de là où circulent la richesse pour la capter.
- C'est-à-dire dans l?huile de coude ? »
Elle repart en cuisine et revient avec un plateau avec, dessus, 2 bols, 2 petites cuillères et du sucre.
« Ben non justement non, et même pour ceux qui en utilisent beaucoup. Travailler c?est se concentrer. La concentration est une valeur que l?on peut circonscrire dans un cadre horaire mais il est déconseillé de le faire, aujourd?hui comme par le passé, car l?exigence de compétitivité implique une plus grande disponibilité d?esprit pour faire de la concentration un élément solvable. Ça c?est la vision néo-libérale du capitalisme cognitif.
- Le quoi ?
- Ttt...Ce que l?on contractualise en CDD c?est un corps dans un espace selon une contrainte horaire. Ce que l?on contractualise en indépendant est un objet. Si l?activité indépendante se dégage de la contrainte horaire du salarié elle peut exercer son corps sur une durée indéterminée. La délimitation entre le début et la fin d?une période est une forme de dépendance qui n?est pas de la subordination, qui n?est pas de l?assujettissement, qui est le temps lui-même comme facteur de dépendance. Un peu comme un contrat qui est avant tout un lien de subordination au contrat lui-même avant d?être quoi que ce soit avec son employeur.
- Mais pourquoi ce temps de formation serait-il nécessaire ?
- Parce que ce qui fonctionne comme allant de la formation vers l'emploi fonctionne également de l'emploi vers la formation par l'analyse des pratiques. Et puis cela contribue aux renouvellements des qualifications, cela ouvre des perspectives nouvelles d?emplois, cela contribue à la mobilité professionnelle, cela active le marché de l?emploi, cela développe la cognitivité, cela établi une norme établissant une légitimité, cela permet la consultation d?un groupe professionnel de référence, d?un réseau.
- Ah ouais.
- Et pour éviter qu'il puisse y avoir une exploitation à des fins de retour sur investissement pour une entreprise ou utilisé pour un retour forcé à l'emploi dans le cadre du chômage il doit être séparé de l'emploi et être sans contre-partie. Et ça c?est pas gagné".
Elle repart en cuisine puis revient avec une théière brulante. Elle nous sert. L'eau infusée se déverse, fumante, dans nos bols.
"Si le temps de formation n?a plus de cadre horaire, on entre sur les territoires de l?autoformation qui se coagule avec le temps de chômage et le temps de l?activité indépendante. Le problème reste le même : la préservation des droits sociaux pour garantir un niveau de vie décent pour tous. Et toute la question sociale actuelle va être de trouver un modèle d?indemnisation sociale adapté au travailleur indépendant".
Nous bûmes les yeux dans les yeux.
*Pluto est le chien de Mickey. Particulièrement débile.

Un CIP-ien...

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :